CfP: Identité et mémoire culturelles

 Universite Dunarea de JosIdentité et mémoire culturelles en Europe aux XXe et XXIe siècles

Colloque international annuel organisé par l’équipe du Centre de recherche Communication interculturelle et littérature et du Centre de Recherches d’Histoire et de Théorie Littéraires de l’Académie Roumaine – Institut « George Călinescu » – Université « Dunărea de Jos » de Galati, en collaboration avec l’équipe du projet PERFORM – „Performance soutenable dans la recherche doctorale et postdoctorale” (POSDRU/159/1.5/S/138963)

Faculté des Lettres – 111, rue Domneasca, Galaţi, Roumanie

24-25 octobre 2014.

Envoi de l’intention de participation dans une fiche préliminaire qui comprenne: le titre, le résumé de la proposition (200 mots au maximum) et les mots-clés (5-6) en français: 25 août 2014

En situant sa problématique au cœur des réflexions contemporaines concernant les rapports entre la mémoire, la culture et l’identité, tout comme les métamorphoses de « l’idée d’Europe » repérables dans le champ épistémologique des deux derniers siècles, l’édition de 2014 du colloque international annuel organisé par l’équipe du Centre de recherche Communication interculturelle et littérature et du Centre de Recherches d’Histoire et de Théorie Littéraires de l’Académie Roumaine – Institut « George Călinescu » – Université « Dunărea de Jos » de Galati, en collaboration avec l’équipe du projet PERFORM – „Performance soutenable dans la recherche doctorale et postdoctorale” (POSDRU/159/1.5/S/138963),bénéficie d’une large ouverture inter- et transdisciplinaire, favorisée par la polyvalence et, en même temps, par l’interdépendance des concepts-clés soumis aux débats.

Dans une Europe engagée en plein processus de (re)construction sur le plan culturel-identitaire, la problématique de la mémoire – ce „caléidoscope fantasmagorique” (Maximos Aligisakis, 2005) qui ne cesse d’« hanter » les discours intellectuels contemporains, en touchant à tous les domaines de la recherche socio-humaine – occupe une position centrale. Comme le montrait Régine Robin, « la « mémoire » est à la mode, au devant de la scène. Mémoire collective, devoir de la mémoire, travail de la mémoire, abus de la mémoire etc. À la limite, on ne parle plus que de cela, on n’écrit que sur ce sujet. Quand il n’est pas directement question de « mémoire » c’est la Commémoration qui vient au premier plan de l’actualité, le Patrimoine, les « Journées du patrimoine », toutes les formes de muséification du passé, ce passé, comme l’a écrit un des historiens de l’Historikestreit, qui ne veut pas passer, formule reprise par Henri Rousso et Eric Conan, il y a quelques années. […] Ces discours sur la mémoire forment une immense cacophonie de bruit et de fureur, un concert assourdissant de thèmes, un ensemble d’images, de polémiques et de controverses, des argumentations symétriques ou congruentes, à propos desquelles, nul ne reste indifférent. » (2000)

Les chercheurs actifs dans les champs des diverses disciplines socio-humaines actuelles, préoccupés par le problème de la mémoire et de ses rapports avec l’histoire et avec les constructions culturelles et identitaires, lié aux contextes européens du XXe siècle (l’époque des grandes conflagrations mondiales, de l’expansion désastreuse des « religions politiques » et des totalitarismes) et du XXIe siècle (celui de l’intégration européenne et de la mondialisation), sont, donc, invités à exprimer leurs points de vue en ce qui concerne toute une série de thèmes généreux et incitants, tels que:

Axes de recherche
L’ « idée » d’Europe: frontières réelles et imaginaires;
Versions du modèle culturel européen : entre l’Occident et l’Orient;
Mythe, histoire et utopie dans la construction de l’Europe „imaginaire” / „imaginée”;
L’Europe d’après-guerre et les « mémoires concurrentielles » / les « conflits autour de la mémoire »;
La mémoire des totalitarismes et les constructions « post-mémorielles » en Europe Centrale et Orientale: entre le « devoir de la mémoire » et les instrumentalisations abusives (post)totalitaires;
La littérature européenne en tant qu’interface de la mémoire et de l’identité culturelles: entre l’espace fictionnel et l’espace (auto)biographique;
La littérature de l’exil / des diasporas et la littérature « migrante » en Europe aux XXe-XXIe siècles;
Idéologies / mythologies politiques et impact culturel en Europe (post)totalitaire;
Dissidence et samizdat dans la littérature de l’Europe Centrale et Orientale à l’époque totalitaire;
La littérature concentrationnaire et la littérature de prison dans l’espace européen: mémoire, fiction et (re)constructions identitaires dans l’écriture de l’« indicible »;
Mémoire, histoire et discours culturels-identitaires nationaux dans le contexte de l’intégration européenne et de la mondialisation;
Identité, interculturalité et multiculturalisme en Europe d’après-guerre et contemporaine;
Enjeux (psycho)pédagogiques des processus culturels-identitaires associés à l’intégration européenne etc.
Une sélection des articles sera publiée dans la revue Communication interculturelle et littérature, indexée dans MLA International Bibliography & Directory of Periodicals, dans Index Copernicus Journals Master List et dans Fabula. La recherche en littérature.

Domaines d’intérêt
Critique, théorie et histoire littéraires, littérature comparée
Cultural Memory Studies
Études diasporiques
Sociologie
Linguistique
Anthropologie culturelle
Philosophie
Historiographie
Histoire de la culture et de la civilisation
Histoire des idées et des mentalités
Études politiques
Histoire de la presse, journalisme et communication
Psychologie et pédagogie
Comité scientifique
Académicien Eugen Simion, Directeur de L’Institut d’Histoire et de Théorie littéraires « George Călinescu » de l’Académie Roumaine, Bucarest
Académicien Maya Simionescu, Directeur de l’Institut de Biologie et Pathologie Cellulaire « Nicolae Simionescu » de l’Académie Roumaine, Bucarest
Académicien Teodor Dima, Directeur de l’Institut de Recherches économiques et sociales « Gh. Zane », Iaşi
Professeur des universités, dr. Michèle Mattusch, Institut für Romanistik, Humboldt Universität zu Berlin
Professeur des universités, dr. Antonio Lillo Buades, Faculté de Philosophie et des Lettres, Université d’Alicante, Espagne
Professeur des universités, dr. Alain Milon, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Professeur des universités, dr. Ana Guţu, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
Professeur des universités, dr. Elena Prus, L’Institut de Recherches Philologiques et Interculturelles, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
Professeur des universités, dr. Mircea A. Diaconu, Faculté des Lettres, Université « Ştefan cel Mare », Suceava
Professeur des universités, dr. Gheorghe Manolache, Faculté des Lettres, Université « Lucian Blaga », Sibiu
Professeur des universités, dr. Vasile Spiridon, Faculté des Lettres, Université « Vasile Alecsandri », Bacău
Professeur des universités, dr. Iulian Boldea, Faculté des Lettres, Université « Petru Maior », Târgu Mureş
Professeur des universités, dr. Laura Badescu, Faculté des Lettres, Université de Pitesti
Professeur des universités, dr. Caius Dobrescu, Faculté des Lettres, Université de Bucarest
Professeur des universités, dr. Antonio Patraş, Faculté des Lettres, Université « Al. I. Cuza », Iaşi
Professeur des universités, dr. Nicolae Ioana, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Doiniţa Milea, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Simona Antofi, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Michaela Praisler, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Elena Croitoru, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Anca Gâţă, Faculté des Lettres, Université « Dunărea de Jos », Galaţi
Professeur des universités, dr. Pierre Morel, L’Institut de Recherches Philologiques et Interculturelles, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
Professeur des universités, dr. Cătălina Iliescu Gheorghiu, Departamento de Traducción et Interpretación, Diretora de la Sede Universitaria « Ciudad de Alicante », Université d’Alicante, Espagne
Comité d’organisation
Présidente: Maître de conférences, dr. Alina Crihană

Co-présidente: Professeur des universités, dr. Simona Antofi

Membres
Professeur des universités, dr. Doiniţa Milea, Professeur des universités, dr. Simona Marin, Dr. Zanfir Ilie, Maître de conférences, dr. Nicoleta Ifrim, Chargée de cours, dr. Oana Cenac, Chargée de cours, dr. Nicoleta Crînganu, Chargé de cours, dr. Cătălin Negoiţă, Maître assistante, dr. Daniela Bogdan, Maître assistant, dr. Matei Damian, Chercheur postdoctoral Alexandru Praisler, Doctorante Violeta Iorga (Lungeanu), Doctorant Radu Andrei Horghidan, Doctorante Elena Iancu, Doctorante Daniela Turcu (Bobu)

Contacts
Alina Crihană, crihanoali@yahoo.com

Simona Antofi, simoantofi@yahoo.com

Informations pratiques concernant l’organisation et le déroulement du colloque

– Les travaux du colloque se dérouleront pendant deux journées, les 24-25 octobre 2014.

Délais

– envoi de l’intention de participation dans une fiche préliminaire qui comprenne: le titre, le résumé de la proposition (200 mots au maximum) et les mots-clés (5-6) en français:

25 août 2014
– 25 septembre 2014: inscription finale, envoi des communications in extenso (par courriel électronique) et des frais de participation.

Frais de participation
– Frais de participation effective couvrant les matériaux de présentation du colloque, les pauses café, le déjeuner collectif, les frais d’édition et d’expédition des Actes – 70 euros.

– Frais d’édition et d’expédition des Actes (sans participation effective) – 50 euros.

– Le paiement sera fait par mandat postal à l’adresse : Alina Daniela Crihană, 3, rue Macedonă, imm. F2, app. 58, Galaţi, 800459, Roumanie. Pour les participants de l’étranger le paiement sera fait par le truchement du service Western Union à la même adresse.

Les langues de communication seront : le français, le roumain et l’anglais. Les communications peuvent être présentées en roumain, mais elles seront rédigées en vue de la publication en français (pour la plupart) ou en anglais. Les communications rédigées dans une langue étrangère par les participants de Roumanie seront accompagnées par leurs versions en roumain.

Formulaire d’enregistrement
Nom

Prénom

Degré universitaire

Adresse personnelle

Téléphone

E-mail

Institution d’enseignement /d’affiliation

Titre de la communication

Aire thématique

Résumé

Mots-clés

Hébergement : hôtel – foyer des étudiants – sans hébergement

Consignes de rédaction
La communication sera rédigée en Windows, Microsoft Word, format A4, police TNR, 11, interligne simple, justifié.

La communication ne doit pas dépasser 10 pages (y compris la bibliographie).

Mise en page:

– haut et bas:2 cm

– gauche et droite:2,5 cm

– l’alinéa :1,25 cm

Titre de la communication : caractères gras, au centre, TNR, 11.

Titre universitaire, nom et prénom : caractères italiques, justifié, TNR, 11, au-dessous d’un interligne simple.

Institution de provenance/ d’affiliation : caractères italiques, justifié, TNR, 11, au-dessous d’un interligne simple.

Résumé : TNR, 11, caractères italiques, suivi d’un blanc (rappel : le résumé sera rédigé en français), au-dessous d’un interligne simple.

Mots-clés (5-6): TNR, 11, caractères italiques, suivis d’un blanc (en français).

Les titres mentionnés au cours de votre article et les mots/syntagmes que vous voulez mettre en évidence seront écrits en italiques. Evitez, si possible, les gras (bold). On ne soulignera pas!

Les citations courtes (jusqu’à 4 lignes) seront inclues dans le texte. Les citations plus longues seront détachées du contexte (1 cmà droite et à gauche), en utilisant le 10.

Les références seront insérées dans le texte, en utilisant les parenthèses droites, selon le modèle : [Ricoeur, 2000: 69] et se retrouveront dans la bibliographie placée à la fin de l’article.

Les notes de fin de texte (TNR, 9,5), introduites manuellement (n’employez pas la fonction automatique « notes sous le texte »), selon le modèle :

Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, pp. 82-83.

ou

Philippe Solal, « L’exil de soi ou le commencement de l’humain », Eidôlon, no 90, 2011, « L’exil et la différence », textes réunis par Danièle Sabbah, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 123.

ou

Karin Bauer, « Patterns of Consciousness and Cycles of Self-destruction. Nation, Ethnicity and Gender in Herta Müller’s Prose », in Patricia Herminghouse, Magda Mueller (éds.), Gender and Germanness: Cultural Productions of Nation (Modern German Studies – A Series of the German Studies Association, Vol. 4), Berghahn Books, Providence-Oxford, 1997, p. 272.

Entre les notes et la bibliographie : un interligne simple.

Les références bibliographiques seront enregistrées en ordre alphabétique (TNR, 11), selon le modèle :

Ricœur, Paul, Soi-même comme un autre, Seuil, Paris, 1990.

ou

Starobinski, Jean, « Le style de l’autobiographie », Poétique, no 3, 1970, pp. 255-265.

ou

Cooper, Thomas, « Herta Müller: Between Myths of Belonging », in John Neubauer & Borbála Zsuzsanna Török (éds.), The Exile and Return of Writers from East-Central Europe: A Compendium, Walter de Gruyter, Berlin, 2009, pp. 475-496.

La communication envoyée en pièce jointe aura comme type de fichier doc. ou docx.

 

 

Author: admin

Share This Post On

Submit a Comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *