Community-based policies and the reform of the State in Post-Communist Europe

Politique communautaire et réforme de l’État en Europe post-communisteSÉMINAIRE 2013-2014

POLITIQUE COMMUNAUTAIRE ET RÉFORME DE L’ÉTAT EN EUROPE POST-COMMUNISTE

pcreppc.cersa@gmail.com
Le séminaire « Politique communautaire et réforme de l’État en Europe post-communiste » se tient depuis 2005 au Centre d’études et de recherches en sciences administrative et politique (CERSA/CNRS/Paris 2). Il est animé par Elise BERNARD et Julien ARNOULT, rattachés au CERSA.
Il accueille chaque mois des universitaires, des chercheurs, des experts, des professionnels, des doctorants de disciplines variées (droit, science politique, sociologie, géopolitique, etc.) qui partagent leurs connaissances et le résultat de leurs recherches concernant les changements politiques et institutionnels dans les pays post-communistes : Europe centrale, Europe orientale, Europe balkanique, Caucase.
Lieu : CERSA, 10, rue Thénard (4e étage), 75005 Paris (métro ligne 10, Cluny-La Sorbonne ou Maubert-Mutualité ; RER B et C Notre Dame-Saint Michel).
Horaire : de 17h00 à 19h00.
Entrée libre.

PROCHAINES SÉANCES

Jeudi 12 juin 2014

Jean-François BOUDET, maître de conférences (HDR) en droit public (Université Paris 5), membre du CERSA/CNRS/Paris 2, collaborateur scientifique au Centre Montesquieu d’action publique (Université catholique de Louvain), et Gabriela CONDURACHE, doctorante – allocataire de recherche en droit public (Université Lille 2), membre du CERAPS/CNRS/Lille 2), référent français de l’Observatoire de l’autonomie locale, interviendront sur le thème :

« Les systèmes financiers roumain et bulgare : états des lieux (1995-2014) »

Les finances publiques bulgares et roumaines connaissent depuis la chute du communisme à l’Est une mutation considérable pour se confondre dans le paysage occidental. Cette orientation politique conduit officiellement les pouvoirs publics de ces deux pays à tourner une page de l’histoire pour entrer dans l’économie capitaliste et dans le marché commun. Ils proposent même des chiffres budgétaires pouvant rendre jaloux l’ensemble des États occidentaux. Ces efforts doivent pourtant être nuancés car ils se font le plus souvent au détriment des populations (affairisme, corruption, instabilité ministérielle, libertés publiques, etc.). L’objet de la présente communication est de visiter l’économie politique de la Bulgarie et de la Roumanie pour illustrer l’étau des finances publiques dans une économie mondialisée qui se cherche.

Jeudi 22 mai 2014

Lena MOROZOVA-FRIHA, Parlement européen (Partenariat oriental), interviendra sur le thème :

« Union européenne et Ukraine : regards croisés sur leur futur énergétique »

La disparition de l’Union soviétique a établi de nouvelles frontières et entraîné le partage de son grand réseau de transport gazier et pétrolier, notamment orienté vers l’Europe de l’Ouest. La Russie hérite de la production d’hydrocarbures et l’Ukraine reçoit la gestion du transit. Les relations entre les deux anciennes républiques soviétiques sont, depuis le départ, marquées par une tension croissante et ponctuées

de crises préoccupantes pour l’Union européenne (UE), soucieuse de son approvisionnement énergétique. L’Ukraine voit les prix du gaz russe augmenter, alors que ses revenus de transit diminuent et envisage une nouvelle politique énergétique, alors que l’UE s’emploie à diversifier ses approvisionnements. Aujourd’hui, l’Ukraine, la Russie et leurs partenaires occidentaux traversent une crise

politique délicate. Comment l’UE et l’Ukraine perçoivent leurs relations et comment leurs politiques énergétiques s’inscrivent dans ce contexte ?

 

Jeudi 13 mars 2014

Marie-Sophie PEYRE, Conseiller scientifique pour l’Agence exécutive du Conseil européen de la Recherche, ex-Directrice générale de l’Encyclopédie universelle des droits de l’Homme, interviendra sur le thème :
« La Moldavie : l’allié inattendu de l’Union européenne »
Est ou Ouest ? Russie ou Union européenne (UE) ? Slavophone ou roumanophone ? La Moldavie est scindée par ces lignes de fracture qui soumettent le pays à une instabilité politique chronique et s’illustrent avec dureté au cœur du conflit gelé de la Transnistrie.
Pays ayant le revenu par habitant le plus faible du continent européen, la Moldavie a pourtant réussi à devenir le bon élève du Partenariat oriental de l’UE. Face à la défection de l’Arménie, la faiblesse de la Géorgie et le chaos ukrainien actuel, l’UE devra compter avec l’inattendue Moldavie pour redorer sa politique à l’Est.
~
Jeudi 20 février 2014
Elsa TULMETS, chargée de recherche / Marie Curie Fellow, CERI / Sciences Po, chercheure
associée à l’Institut de Relations Internationales (IIR) de Prague et au Centre Marc Bloch de Berlin,
interviendra sur le thème :
« République tchèque, Pologne, et Estonie dans la politique européenne vers l’Est :
entre européanisation et affirmation des intérêts nationaux »
Cette intervention portera principalement sur les résultats d’un projet de recherche qui consistait à
analyser la politique étrangère des pays d’Europe centrale et orientale ayant adhéré à l’Union
européenne (UE) en 2004 et 2007, notamment leur politique vers l’Est. Elle présentera dans un
premier temps le cadre analytique qui s’inspire des travaux sur l’identité en politique étrangère et
l’approche constructiviste en Relations internationales pour montrer ensuite quels sont les résultats
– parfois contre-intuitifs – des analyses produites dans le cadre de publications collectives et d’une
monographie sur les pays de cette zone. Enfin, il fera le lien avec les travaux actuels de l’auteur qui
portent sur l’interprétation et la diffusion des normes et valeurs européennes par quelques États
membres, en abordant les cas de la République tchèque, de la Pologne et de l’Estonie dans la
Politique européenne de voisinage. La présentation mettra en particulier l’accent sur la
problématique de l’européanisation versus imposition d’approches nationales, mais aussi sur les
notions de solidarité et de responsabilité, dans la politique extérieure de l’UE vers l’Est.

Mercredi 29 janvier 2014
Laurent BAUER, assistant de recherches à l’ICEE/Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3,
interviendra sur le thème :
« Biélorussie, l’exception européenne – Les mutations de la République du Belarus au travers du prisme constitutionnel »
Alors que le Conseil de l’Union européenne vient de proroger en octobre 2013 ses sanctions à
l’égard de la Biélorussie, pour des motifs de non-respect des droits de l’Homme et de la démocratie,
ce pays continue de faire exception en Europe. La crise constitutionnelle de 1996 avait déjà poussé
le Conseil de l’Europe à lever le statut d’invité spécial de la République du Belarus et à geler de
facto sa candidature d’adhésion. Si le Président Alexandre Loukachenko impulse un modèle
politique mêlant populisme et néosoviétisme, Minsk tente malgré tout de se présenter au niveau
institutionnel comme une République de type présidentiel. Si les standards du modèle occidental
d’État de droit ne sont pas en vigueur, la constitution, dans ses versions de 1994 et 1996, semble s’y
référer ; du moins en partie. De quelle manière la « voie particulière » biélorusse fait-elle exception
en Europe ? Quelles ont été les évolutions qui ont mené à l’instauration de ce système?

 

Author: admin

Share This Post On

Submit a Comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *