Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 16 h à 19 h (salle de conférences, Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris), les 2 novembre, 21 décembre 2017, 18 janvier, 1er février, 1er mars, 5 avril, 3 et 31 mai 2018
Le but de ce séminaire est d’interroger les principales thématiques de recherches relatives à l’Europe centrale et orientale et de réfléchir à ce que l’étude de cette région a apporté et peut apporter à la réflexion dans les différentes disciplines, offrant un lieu de débat aux chercheurs.

Territoire fragmenté politiquement et linguistiquement, marqué par la forte présence de minorités, loin d’une bannière unifiée de la Mitteleuropa, l’Europe centrale et orientale apparaît aujourd’hui tributaire de regards politiquement et historiquement distincts, sinon concurrents ou contradictoires, cloisonnés entre plusieurs sous-régions linguistiques et culturelles qui cultivent relativement peu de liens entre elles (Europe médiane, Balkans, pays baltes) et occupent une place aujourd’hui périphérique dans l’enseignement de l’histoire européenne.

Au-delà d’une expérience communiste qui les rattacha diversement à l’Union soviétique, le principal facteur commun à ce qui fut appelé l’Europe centrale et orientale concerne les cultures allemande, juive et slaves. Territoires emprunts de rencontres, d’hybridations et d’affrontements, cette Europe met à l’épreuve et ouvre à la comparaison les catégories et les concepts élaborés communément ou par la recherche. C’est dans ce contexte qu’il nous semble important de réfléchir aux différentes manières d’étudier et d’enseigner l’Europe centrale et orientale à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècle), en France et ailleurs, et de créer un espace de discussion interdisciplinaire sur nos objets d’étude, nos sources et nos façons de faire.
2 novembre 2017 : Europe centrale et orientale, une « aire culturelle » ?

Comment les études centre-est européennes se sont-elles constituées, du point de vue des objets, des pays, des époques et comment 1989 a fait éclater les perspectives instituées ?

Intervenants :

Jérôme Bazin (Université de Créteil)
Thomas Chopard (CERCEC, EHESS)
Peter Hallama (CERCEC, EHESS)
Roman Krakovsky (CERCEC, EHESS, et GSI, Université de Genève)
Anne Madelain (CERCEC, EHESS)
Nadège Ragaru (CERI, Sciences Po)
21 décembre 2017 : Écrire et enseigner l’histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale

Comment sont élaborés après 1989, en France et dans les pays de l’Europe centrale et orientale, les récits d’histoire des pays de la région ? Comment ce processus contribue-t-il à la production historiographique et s’inscrit-il dans les politiques mémorielles et les usages scolaires du passé ?

Intervenants :

Anne Madelain (CERCEC, EHESS), L’Europe de l’Est et le communisme dans l’histoire scolaire française : entre prisme totalitaire et géopolitique des « nouvelles conflictualités »
Roman Krakovsky (CERCEC, EHESS, et GSI – Université de Genève), Écrire un manuel d’histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale : objectifs, difficultés et, peut-être, quelques solutions
Discutant : Paul Gradvohl (Université de Lorraine)

18 janvier 2018 : Langues, politiques des langues et multilinguisme

La polyglossie, la multiplicité des langues et leur codification relativement récente, caractéristiques de l’Europe centrale et orientale, sont l’héritage des empires austro-hongrois et ottoman autant que des processus de construction nationale. Les politiques linguistiques actuelles mais aussi le vécu des langues sont en grande partie liées à une histoire de longue durée et aux bouleversements du XIXe siècle.

Intervenants :

Daniel Barić (Université de Tours), From Soundscape to Intellectual Landscape: A Methodological Approach to Language Diversity in Croatia and Bosnia-Herzegovina in the late Habsburg Empire
Václav Petrbok (Institut de littérature tchèque, Académie tchèque des sciences, Prague), Bilingualism as a Phenomenon of Literary Life in the Czech Lands During the “Long” 19th Century
Discutante : Juliette Cadiot (CERCEC, EHESS)

1er février 2018 : Les « frontières fantôme », un concept opérationnel ?

L’histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale est marquée par de multiples frontières plus ou moins pérennes et cette particularité est sans doute à l’origine des notions comme « zone de frontière » par laquelle on qualifie parfois cet espace ou « frontière-fantôme ». Quel est l’apport de cet objet pour la compréhension de l’espace centre-est européen et est-il opérationnel dans d’autres contextes ?

Intervenants :

Catherine Gousseff (CNRS/Centre Marc Bloch, Berlin), La notion de « frontière fantôme »
Béatrice von Hirschhausen (CNRS/Centre Marc Bloch, Berlin), Titre à préciser
Catherine Perron (CERI, Sciences Po) : Titre à préciser
Discutant : Thomas Chopard (IHR/CERCEC)

1er mars 2018 : À l’Est, du nouveau : l’histoire sonore du socialisme

Alors que l’environnement sonore est essentiel dans l’histoire des sociétés, il reste une source encore marginalement mobilisée par les sciences sociales. Serait-il possible d’écrire une histoire sonore de l’Europe centrale et orientale sous le communisme ?

Intervenants :

Rossitza Guentcheva (New Bulgarian University), Sounds and Noises of Socialism
Lucia Udvardyova (Easterndaze), Production, Reproduction and Preservation of pre-1989 Eastern European Music
Discutant : Anthony Pecqueux (CRESSON, CNRS, sous réserve)

5 avril 2018 :  Les pratiques culturelles : la passion sportive

Les pratiques culturelles locales restent-elles cloisonnées ou s’inscrivent-elles dans des géographies plus larges ? Lieu de différenciation sociale, d’affirmation des identités collectives et de compétition internationale, la pratique du sport permet d’observer plusieurs enjeux et échelles à la fois.

Intervenants :

Sylvain Dufraisse (SIRICE, Paris 1), Les allers-retours : dynamiques et formes des relations sportives entre les pays d’Europe centrale et l’URSS de 1934 à 1980
Loïc Tregoures (CERAPS, Lille 2), Les rencontres sportives en Yougoslavie socialiste
Discutant : Ludovic Lestrelin (CesamS, Université de Caen Normandie)

3 mai 2018 : Une vision mobile de l’immobile : l’image à l’Est

Les sources visuelles font désormais partie du « bagage » du chercheur en sciences sociales. En Europe centrale et orientale, il existe pour la période contemporaine des corpus d’images encore peu connus et quelquefois mal classés. Pour autant, peut-on en conclure que l’image demeure une source inexploitée ?

Intervenants :

Roman Krakovsky (CERCEC, EHESS, et GSI, Université de Genève), Une identité visuelle socialiste existe-t-elle ? Le questionnement à partir des politiques symboliques
Nadège Ragaru (CERI, Sciences Po) : “(En)cadrer la justice : regards photographiques sur les Tribunaux populaires et le jugement des crimes de guerre en Bulgarie (1944-1945)”
Discutant : Adrien Genoudet (GRENA, Université Paris IV – Sorbonne, et IHTP, CNRS, sous réserve)

31 mai 2018 :  Une histoire globale du communisme

Le communisme est un véritable phénomène global. S’opposant à l’eurocentrisme de la recherche sur le communisme et à la perception de l’Union soviétique comme étant son (seul) centre, des études récentes ont montré l’importance de porter notre regard vers des régions extra-européennes et d’étudier les interactions et les interdépendances entre l’Europe communiste et le reste du monde. Cela permet de mieux prendre en compte la diversité de l’expérience communiste, de mettre en question l’idée d’un isolement des pays communistes et d’interroger des catégories comme « centre » et « périphérie ».

Intervenants :

Sandrine Kott (Université de Genève), Une autre modernité ? L’Europe de l’Est, la Guerre Froide et les organisations internationales
Pavel Kolář (European University Institute, Florence), Towards a Global History of Central European Communism
Discutant : Rafael Pedemonte (Ghent University)

Author: Max

Share This Post On